La Bille D'Ambre Chapitre 3

Chapitre 3

 

 

 

Le lendemain matin, Joachim se dépêcha d’avaler son petit déjeuner et sauta dans ses vêtements après une véritable toilette de chat. Je fis de même, du moins en ce qui concernait le petit déjeuner, parce que les vêtements, moi, ce n’était vraiment pas mon truc.

Quand il sortit de la maison en sautillant, je me faufilai derrière et lui et le suivis vers la prairie du vieux chêne. Ce n’est qu’en traversant le pont qui enjambait la rivière qu’il s’aperçut de ma présence. Je me glissai le long de ses mollets, brunis par le soleil de tout un été et enroulai ma queue autour de ses chevilles. Les hautes herbes étaient encore humides de la nuit et j’avais les poils désagréablement collés sur les pattes et le ventre.

 

— Et bien, mon Virgilou, tu viens avec moi ? me demanda-t-il en me caressant.

 

J’émis un miaulement grave et cette réponse lui suffit. Il me prit dans ses bras et je pus m’installer bien au sec, les pattes avant posées sur les épaules de mon porteur. Il grimpa la pente, le long de la rivière et dépassa rapidement l’enclos qui délimitait le rucher, la respiration de plus en plus saccadée.

 

— Dis, Virgil, tu ne devais pas faire régime ? T’es vraiment lourd, tu sais, ronchonna-t-il.

 

Il me déposa sur les racines saillantes du vieil arbre et se laissa tomber à côté de moi, haletant. Pendant qu’il récupérait son souffle, j’observais les alentours, à la recherche de je ne savais pas trop quoi. N’importe quel indice sur l’origine de cette bille serait le bienvenu, mais où que mon regard se pose, rien d’inhabituel ne retint mon attention.

J’attendis donc qu’il se décide à me montrer l’endroit précis où il l’avait trouvée.

 

Il n’eut pas besoin de plus de quelques minutes pour retrouver une respiration moins sifflante. Il se releva et en s’étirant de toute sa taille, il parvint à agripper une branche basse de l’arbre.

 

— Tu vois, m’expliqua-t-il, je voulais juste me balancer à cette branche, mais j’ai senti un truc, coincé dans une sorte de trou, comme un nœud. À force de la rouler sous mes doigts, elle a fini par se dégager et tomber dans l’herbe. Comme je la trouvais jolie, je l’ai ramassée et fourrée dans ma poche.

 

Il se hissa laborieusement, ses pieds patinaient sur le tronc et ses bras tremblaient de l’effort qu’il infligeait à ses muscles. Ce type d’exercice n’était vraiment pas facile pour lui. Je le regardai tirer, pousser, souffler, assis tranquillement sous l’arbre à lisser mes moustaches. Quand il parvint enfin à s’installer à califourchon sur la branche, je vins le rejoindre sans effort apparent, rien que pour le faire râler. Je fouettai l’air de ma queue, juste devant son nez et lui lançai un beau miaulement.

 

— Tu peux faire ton malin, moi aussi, avec des griffes comme ça, j’y arriverais facilement ! s’exclama-t-il, vexé.

 

Puis, se rappelant soudain la raison de tant d’efforts, il me désigna un creux dans la branche. Une cachette parfaite, impossible à deviner du sol. Je reniflai attentivement, mais je ne décelai rien de particulier. Joachim se tortilla pour extraire la bille de sa poche sans basculer de son perchoir. Il la déposa aussitôt dans la cavité. Elle s’insérait à la perfection. Comme si l’arbre avait grandi autour d’elle. Je chassai de mon esprit cette pensée idiote et m’assis, contrarié.

 

Et maintenant, que fait-on ? Ce n’est pas que je veuille la ramener et jouer le râleur de service, mais il faut bien reconnaître que nous ne sommes pas beaucoup plus avancés.

Une abeille vint bourdonner autour de ma tête et le vrombissement qu’elle produisit me sortit d’un coup de mes réflexions. Je sursautai en remarquant qu’en fait, il y avait tout un nuage d’abeilles qui tournoyaient comme des folles autour de l’arbre. Joachim hurla, me fourra sans ménagement sous son tee-shirt, s’empara de la bille et dans sa hâte de s’enfuir, il nous fit basculer tous les deux dans le vide, la bille d’ambre étroitement serrée dans son poing.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.